Les chiens voient en couleur et autres vérités sur leurs sens

Chiens

Oui. Malgré la croyance populaire selon laquelle ils voient juste en noir et blanc, les chiens voient le monde en couleurs bien que ce ne soit pas similaire à notre vision à nous.

Notre vision comporte trois couleurs, la leur seulement deux. Les chiens peuvent uniquement voir les couleurs jaune et bleu-violet, ainsi ils perçoivent le rouge et l’orange comme si c’étaient des tons de jaune, et ils ne différencient pas le vert du blanc ni le bleu-vert du gris. De plus, nos yeux perçoivent les couleurs de manière intense et brillante tandis qu’eux voient des couleurs plus pauvres et en tons pastels.

Mais la sensibilité aux couleurs n’est pas l’unique trait qui différencie nos sens des leurs:

La vue.

Avant, les chiens chassaient à l’aube et au crépuscule, développant ainsi une forte sensibilité à la lumière qui leur permet de voir en cas de faible luminosité. Cela est possible grâce à une grande quantité de récepteurs qui s’activent avec peu de lumière et la présence de cette structure qui agit comme un miroir reflétant la lumière à l’intérieur de l’œil et provoquant une stimulation majeure de la rétine. C’est pour cette raison que leurs yeux adoptent une couleur jaune-verdâtre quand on les photographie avec le flash dans la nuit. 

Les yeux du chien sont également très sensibles au mouvement, surtout en condition de pénombre et même à une grande distance. Par contre sa vision est plus floue que la nôtre.

Une autre différence entre leur vue et la nôtre est celle du champ visuel : nos yeux ont une position frontale et les champs visuels des deux yeux se chevauchent dans un grand espace appelé zone de vision binoculaire grâce à laquelle nous avons la sensation de voir en trois dimensions. En revanche, beaucoup de chiens ont les yeux dans une position plus latérale. Cela fait qu’ils ont une vision plus périphérique mais une zone de vision binoculaire réduite. Ainsi, pour bien mesurer la distance d’un objet, ils doivent orienter la tête pour que l’objet entre dans la zone de vision tridimensionnelle.

L’ouïe.

Leur ouïe est plus sensible que la nôtre: ils peuvent entendre des sons à une distance 4 fois plus élevée et peuvent capter des ultrasons (sons si aigus qu’ils restent en-dehors de notre seuil de détection). De plus, grâce aux mouvements indépendants de leurs oreilles, capables de tourner jusqu’à trouver l’origine du son, les chiens peuvent localiser avec précision la source d’un son, ce qui est d’une grande aide pour la chasse.

L’odorat.

Avec presque 280 millions de récepteurs, l’odorat des chiens est bien plus développé que le nôtre qui n’a que 5 millions de cellules olfactives. Leur sensibilité varie en fonction de la race et de la taille ainsi que de l’odeur en question, mais peut devenir plus de 100 000 000 fois supérieure à la nôtre. Cela signifie que les chiens ont besoin d’une moindre concentration de particules d’odeur dans l’air pour pouvoir détecter leur présence. Leur odorat sensible leur permet également de reconnaître les composants dans des mélanges chimiques très complexes. Cette sensibilité est celle qui sert aux chiens entraînés pour détecter les odeurs de certaines substances comme la drogue, les explosifs, etc.

Le goût.

Les chiens peuvent faire la différence entre les saveurs acides, amers, sucrées et umami mais ils ne détectent pas le salé. De plus, sur la pointe de la langue, ils ont des récepteurs spécifiques pour savourer l’eau. Cependant, leur capacité à percevoir les saveurs est généralement bien moins développée que la nôtre, en tenant compte du fait qu’ils ont 1700 papilles gustatives alors que nous en avons 9000. Les chiens compensent ce « désavantage » avec un odorat très développé. De plus, en comparaison avec nous, ils ont une sensibilité bien plus développée sur la saveur umami: les aliments avec cette saveur sont riches en protéines et acides aminés, comme par exemple la viande et les produits laitiers, cette sensibilité importante reflétant leurs préférences diététiques.

Le toucher.

La peau de tout le corps est le siège du toucher. On trouve dans la peau différents types de récepteurs capables de détecter la pression, la température et la douleur. La sensibilité n’est pas la même sur toute la peau, le nez et les coussinets étant des zones particulièrement sensibles. De plus, les chiens possèdent quelques poils spéciaux appelés vibrisses qui servent à augmenter la sensibilité tactile sur certaines parties du corps, et ainsi compenser leur pelage dense. Les vibrisses sont des poils longs, rigides et extrêmement sensibles que l’on trouve à côté du nez, au-dessus des yeux, sur les joues et le menton, et sous la mâchoire. Lorsqu’elles touchent les objets qui l’entourent ou vibrent avec les courants d’air, les vibrisses fournissent au chien les informations sur l’espace qui l’entoure et l’aident à se déplacer sans se cogner en cas de faible luminosité.

Les chiens sont ce qu’ils sont suite à leur évolution: leurs sens se sont développés dans une longue histoire d'adaptation à leur environnement et malgré qu’aujourd’hui la majorité des chiens aient quelqu’un pour subvenir à leurs besoins, leurs sens continuent de parler de ces ancêtres qui avaient besoin d’un odorat fin, d’un œil sensible au mouvement et d’une ouïe développée pour pouvoir chasser.

Pour votre intérêt

Pourquoi les chiens hurlent-ils?

La plupart des gens associent les hurlements au cri ou à l’appel que poussent les loups, l’ancêtre du chien domestique.

Les chiens rêvent-ils?

La plupart des possesseurs de chien ont déjà pu observer des mouvements inconscients, des convulsions ou des mouvements d’yeux accompagnés parfois de petits couinements lorsque leur chien était en train de dormir.