Mon chien a peur des bruits forts

Chiens

On sait que les chiens sont sensibles et réactifs aux bruits et c’est l’un des problèmes de peur les plus connus chez les chiens. Selon certaines études, jusqu’à 50% des chiens ont peur lorsqu’ils entendent certains sons. Une enquête réalisée parmi les vétérinaires espagnols identifie la sensibilité aux bruits forts comme le cinquième problème de conduite le plus fréquent chez les chiens.  

Parmi les chiens sensibles aux bruits, certains ont seulement peur alors que d’autres en ont une véritable phobie. Et, même si la peur et la phobie s’utilisent comme des synonymes, ces deux termes ne veulent pas dire la même chose. La peur est une émotion fondamentale pour survivre, qui commence lorsque l’animal détecte la présence d’un stimulus potentiellement dangereux. Grâce à la peur, l’animal peut se protéger et éviter des situations qui pourraient menacer sa sécurité.  

En revanche, la phobie est une réponse de peur très intense et, surtout, disproportionnée par rapport au niveau de danger auquel est exposé le chien. Cette réponse peut même apparaître lorsque l’animal est exposé à un stimulus non particulièrement intense et, une fois que le chien commence à réagir, il a du mal à se détendre même lorsque le stimulus a disparu. De plus, un chien qui a une phobie montre généralement des signes clairs d’anxiété quand il anticipe l’arrivée du stimulus phobique.  

C’est le cas de nombreux chiens qui ont la phobie du tonnerre et qui se montrent anxieux rien qu’en détectant ce qu’ils ont appris à associer aux orages, comme le vent, la pluie, le ciel gris, les changements de pression atmosphérique, les éclairs, etc. Du fait de leurs caractéristiques, les phobies ne sont pas considérées comme des réponses adaptatives.  

Comment savoir si mon chien a peur des bruits forts?

Certains maîtres disent « mon chien a peur des bruits forts ». En effet, les chiens qui sont sensibles aux bruits forts peuvent montrer une grande variété de réactions physiologiques et de comportements quand ils entendent des bruits en particulier. Ils peuvent se montrer inquiets, faire des allées et venues, se faire petits et mettre la queue entre les pattes, rester totalement immobiles, rester alertes, avoir des sursauts, trembler, se secouer, saliver en excès, avoir les pupilles dilatées, vocaliser, se cacher, haleter, bailler, uriner et/ou déféquer à l’intérieur, chercher l’attention du maître ou rester à ses côtés, ne pas avoir d’appétit, vomir, et même se faire du mal ou faire des dégâts dans la maison alors qu’ils essaient de s’échapper.  

Certains chiens développent ces conduites de manière soudaine, alors que la majorité le fait de manière progressive, suite à l’exposition répétée à certains sons. Au fur et à mesure que la réaction du chien s’intensifie, l’animal peut commencer à réagir aussi en présence de stimulus de moindre intensité.  

Mais, pourquoi mon chien a peur et de quoi cette peur dépend-elle ? Il faut chercher la réponse à cette question tant dans certaines caractéristiques des sons les plus craints que dans les caractéristiques des chiens sensibles aux bruits. 

  • Question de sons

Les sons les plus craints par les chiens se divisent en trois grands groupes

  1. Les courts et soudains, par exemple la musique, les conversations, la circulation. 
     
  2. Les très intenses, par exemple les pétards, les orages, les tirs, les bruits de moteurs.
     
  3. Les prolongés, par exemple les aspirateurs, la télévision et les sons de cuisine.

Parmi ceux-ci, les orages, les pétards et les tirs sont les sons les plus craints. De plus, au moment où un chien développe la peur de l’un de ces sons, il généralise facilement sa sensibilité au reste des sons intenses et explosifs, de telle sorte qu’il est facile de trouver des chiens qui ont aussi bien peur des pétards que des orages ou des tirs. Ces trois sons ont en commun certaines caractéristiques, ils sont tous secs et d’intensité élevée par exemple. 

  • Question de chiens 

Bruits à part, si vous vous demandez « pourquoi mon chien a peur des bruits », sachez que tous les chiens n’ont pas la même sensibilité aux bruits forts. Aussi bien la génétique et les caractéristiques individuelles, que les expériences de l’animal jouent un rôle clé pour déterminer quels chiens finiront par développer cette sensibilité. 

Le rôle de la génétique semble être clé, ce qui est confirmé par le fait que les chiens de races différentes ont une prédisposition différente à subir la sensibilité aux bruits. Parmi les races les moins sensibles, nous retrouvons le Labrador retriever, le Cocker anglais, le Springer anglais, le Pointer, le Boxer, le Dogue allemand et le Chien chinois à crête. D’un autre côté, certaines races semblent plus prédisposées à avoir ce problème. C’est le cas de races peu connues comme le Buhund norvégien, le Irish Soft Coated Wheaten Terrier, le Chien d'eau romagnol et de certaines races de troupeau, comme le Border Collie et le Berger allemand.  

 Quant au sexe du chien, il n’a pas été détecté de relation claire avec la sensibilité aux bruits. En revanche, plusieurs études suggèrent que les chiens stérilisés, mâles et femelles, ont une plus grande probabilité d’être sensibles aux bruits forts, surtout si la stérilisation a été réalisée en bas âge. 

Une curieuse association a aussi été détectée entre la peur des bruits forts et la préférence des chiens à utiliser une patte en particulier pour toucher les objets, tendance qui reflète la latéralisation de leur cerveau. Les chiens qui montrent une préférence claire dans l’usage de la patte gauche ou droite tendent à avoir moins peur des bruits forts que les ambidextres, c’est-à-dire ceux qui démontrent une moindre latéralisation du cerveau. 

Quant à la provenance du chien au moment de l’adoption, son effet n’est pas clair sur le risque de développer une peur des bruits forts. Cependant, le fait de rester vivre dans le même endroit que celui où le chien a grandi est associé à un moindre risque de souffrir de ce problème. Probablement parce que ces chiens ont été exposés depuis petits aux stimuli acoustiques qui font partie intégrante de leur environnement de vie.    

De fait, le manque d’habitude aux bruits forts durant les stades précoces de développement semble impliqué dans l’origine du problème, si bien que l’on croit que l’exposition à une série de stimulus acoustiques (par exemple, bruits de moteurs, pétards, claquements de porte, aspirateurs, voix fortes) durant les 6 premiers mois pourrait aider à prévenir la peur des bruits forts. 

Au-delà du manque d’habitude, d’autres expériences du chien pourraient être importantes dans le développement de la peur des bruits. C’est le cas des expériences traumatiques qui sont souvent considérées comme la cause principale de la sensibilité aux bruits. En réalité, même s’il est parfois vrai que c’est une mauvaise expérience qui marque le début du problème, dans la majorité des cas il n’y a aucun traumatisme derrière la peur des chiens. Ils peuvent commencer à réagir aux bruits sans raison. 

Dans certains cas, les maîtres se sont rendu compte que le problème est apparu après avoir vu la réaction de peur des bruits forts affichée par d’autres chiens. Ce type d’apprentissage ne semble pas apparaître entre le chien et son maître, même si le comportement des maîtres face à la peur de leur chien peut être important. En effet, un maître qui punit son chien affichant de la peur des bruits forts pourrait contribuer à empirer la réponse de l’animal. 

Que faire si mon chien a peur des bruits forts ?

Contrairement aux expectatives de nombreux maîtres, ce problème ne se résout pas tout seul et tend à empirer avec l’âge. Parmi le peu de cas pour lesquels la peur diminue sans traitement, la majorité s’explique souvent par la perte de l’audition du chien.

Et, même s’il s’agit d’un problème très fréquent et ayant tendance à empirer, entre 15 et 30% seulement des maîtres de chiens ayant peur des bruits forts cherchent de l’aide professionnelle. Si votre chien a une peur ou une phobie des bruits forts, en parler avec votre vétérinaire pour chercher une solution peut contribuer de manière significative à améliorer son bien-être.  

Pour votre intérêt

À quoi sert la queue du chien?

Les chiens remuent la queue lorsqu’ils sont excités. Et, même s’ils ne le font probablement pas de manière consciente, les individus de leur entourage peuvent utiliser ce mouvement pour vérifier l’état émotionnel du chien.

Yoga avec des chiens : pratiquez le yoga avec votre chien sans sortir de chez vous

Avez-vous déjà entendu parler du doga ? Il s’agit de la fusion des mots dog – chien en anglais – et yoga. C’est une manière de pratiquer le yoga à laquelle vous pouvez intégrer votre chien. Vous pouvez organiser une session de yoga avec des chiens chez vous ; les bienfaits sont aussi nombreux pour lui que pour vous.